mardi 8 février 2011


"Les principaux enseignements de l'étude INSEE à horizon 2040 pour la région Pays de la Loire"

  • 2007-2040 : la ruée vers l'ouest, +906 000 habitants
    • 4.4 millions d'habitants à l'horizon 2040, 4ème région de France, au 3ème rang pour son dynamisme (+26%)
    • 27 000 habitants de plus chaque année, +0,7% par an (moyenne France  + 0,4%)
    • Loire Atlantique et Vendée attireraient à eux seuls 2/3 de la croissance régionale, soit 600 000 personnes

  • Une légère atténuation de la croissance démographique à horizon 2040
    • Depuis 20 ans, la croissance démographique des Pays de la Loire est très équilibrée entre ses soldes naturel et migratoire.
    • A horizon 2040, le rythme des décès s'accélérant, le solde migratoire serait supérieur au solde naturel et la région connaîtrait un "tassement" démographique, malgré l'augmentation du nombre des naissances.

  • Une région qui resterait attractive
    • Entre 2007 et 2012, +17 000 habitants par an. A priori, entre 2012 et 2040, +14 000 habitants par an, Vendée et Loire Atlantique absorbant la quasi-totalité des flux migratoires
    • Bretagne et Ile-de-France concentreraient l'essentiel des échanges migratoires, mais le solde serait très largement positif avec l'Ile-de-France alors qu'il serait équilibré avec la Bretagne
    • 2 populations à "pic" en termes de nouveaux arrivants : jeunes actifs trentenaires ; jeunes retraités
    • Un quotient de migration nette toujours positif pour l'ensemble des classes d'âge sauf pour la tranche des 18/25 ans

  • Un vieillissement de la population inéluctable
    • Effet "papy boom", amplifié par les migrations
    • Les +60 ans représenteraient 1/3 de la population ligérienne à horizon 2040, soit une hausse de +80% entre 2007 et 2040
    • La part des jeunes de – 20 ans dans la population ligérienne serait en baisse mais encore supérieure aux autres régions françaises (+150 000 jeunes, 7ème région française)
    • Un âge moyen en 2007 de 39,2 ans ; en 2040 de 43,4 ans

  • Des projections avec des aléas
    • Ces projections sont fondées sur un scénario dit "central" qui se base sur un maintien des taux de fécondité à leur niveau de 2007, une baisse de la mortalité au même rythme que jusqu'à aujourd'hui et le maintien des quotients migratoires élaborés entre 2007 et 2008
    • Un scénario "bas" (fécondité basse, migration basse)  entraînerait une projection de population à 2040 de 4,3 millions d'habitants. A l'inverse, un scénario "haut', de 4,5 millions d'habitants.