samedi 14 mai 2011

La croissance agricole durable : une nécessité citoyenne.



Face aux enjeux de demain : l’agriculture une réponse ?
Satisfaire les besoins croissants d’une population croissante : huit, neuf ou dix milliard d’habitants, peut importe. Chalenge fantastique que de nourrir, habiller, loger apporter le confort à des être qui pensent, choisissent et se développent.  
Quels enjeux, quelles complémentarités, quelles oppositions ?

La terre, quelle disponibilité ?
En 1950 pour satisfaire les besoins de chaque habitant nous pouvions cultiver
 0,52 ha, aujourd’hui 0,25ha et 0,16ha en 2050
Un premier choix s’impose : intensifier la production ou augmenter la surface cultivable
Quel sera le meilleur pour la biodiversité, les équilibres naturels et géopolitiques ?
Réponse : intensifier en étant sobre, efficace et ingénieux.

L’eau un élément précieux mais renouvelable :
Nécessaire à la vie, le deuxième élément incontournable
L’eau n’est pas rare, mais l’eau douce doit être préservée
La salubrité est l’élément essentiel pour l’homme
Contrairement à la terre, l’eau se renouvelle
L’intelligence est d’en enlever si elle est en excès et de la stocker si elle manque

L’agriculture au centre de l’économie circulaire :
Il faut tirer la quintessence de la terre :
D’abord bien la nourrir pour ne pas l’épuiser
Transformer l’intégralité de ce que l’on en sort
Prôner la sobriété à tous les niveaux
Produire, transformer, recycler : un vrai chalenge !

Trois finalités complémentaires
Nourrir la terre : nous devons donner toutes ses lettres de noblesse à l’agronomie
Nourrir les hommes : l’alimentation des populations est et doit rester la première finalité
Satisfaire les besoins industriels : Biomolécules, agro matériaux, bio énergie,  ingrédient
Il n’y a pas de coproduits, de sous produits ni même de déchets, tout doit être valorisé

La recherche
Conjuguer les enjeux environnementaux, sociaux et économiques
Les systèmes alimentaires doivent être seins et durables.
Comparaison optimum global/optimum local
Travail sur le carbone renouvelable
Atténuer les changements climatiques et s’y adapter
Apprécier la perception des risques en perspective du gain perçu par l’innovation

La production agricole, les trois modèles :
-          l’agriculture de complaisance : bien dans sa peau, proche des consommateurs.
-          l’agriculture familiale : le modèle séduisant mais qui vit mal.
-          l’agro business : décrié, mais efficace et performant.  
Faut t’il les opposer, NON. Sont t’ils tous utiles et même complémentaire, OUI ?


L’agro alimentaire
Les besoins des consommateurs sont variés, l’enjeu est de tous les satisfaire
La nutrition et la gastronomie sont  des approches différentes mais complémentaires
Imaginer une transformation valorisant l’intégralité du produit
Il faut créer un lien fort entre la production et la transformation
Être en capacité d’apporter au consommateur ce qu’il souhaite, là où il le souhaite.


Les bios raffineries
Il nous faut une variété de marchés pour rendre le marché cohérent
Il existe une complémentarité des produits issus d’une même matière première
Nous devons inventer un concept de métabolisme industriel
Le bilan environnemental doit être positif
La conception des concepts est stratégique pour en assurer la rentabilité


Responsables, sobre et inventifs
Faire l’échelle des risques, faire des choix entre des mots, s’engager
Tous les gaspillages doivent être évités, qu’ils se nomment :
Non valorisation, perte, sous production, ou encore surconsommation.
Nous ne devons rien nous interdire en matière de recherche, de production, de transformation
Les politiques devront accompagner les enjeux
Nous devons installer la bio€conomie. Il faut produire beaucoup et bien.



Il nous faut hiérarchiser les éléments de durabilité,
 inscrire la croissance durable comme une nécessité citoyenne.