vendredi 24 juin 2011

G20 Agricole : Bravo !


Les 16 et 17 juin, 120 organisations agricoles et paysannes étaient réunies à Paris, à l'invitation de la FNSEA et JA, pour échanger et construire un projet commun pour permettre à l'agriculture de répondre au défi alimentaire de ce 21e siècle, tout en participant activement aux ambitions économiques, sociales et environnementales de nos sociétés.
Les ministres de l'Agriculture des pays du G20 viennent de terminer deux jours de travaux en arrêtant un plan d'action sur la volatilité des prix alimentaires et sur l'agriculture. Cette déclaration ministérielle reprend pour l'essentiel les axes prioritaires arrêtés par les producteurs eux-mêmes :
- nécessité, partout sur la planète, d'augmenter la production et la productivité agricoles avec un renforcement de la recherche, de l'innovation, de la formation, du transfert de technologie, de la logistique, de l'investissement ;
- transparence des marchés et des stocks avec création d'un système d'information sur les marchés agricoles ;
- coordination des politiques nationales ou régionales et internationales avec une amélioration des fonctionnements et des échanges entre les principales organisations internationales, notamment la FAO ;
- lutte contre les excès de la volatilité des prix et des marchés avec la reconnaissance de l'importance des filets de sécurité, le développement des outils de gestion des risques, la contractualisation tout au long des chaines agro-alimentaires.
Les paysans du monde présents au G120 ne peuvent que se réjouir de telles avancées. Elles représentent indiscutablement une traduction concrète de la volonté française affichée par le Président de la République, Nicolas Sarkozy, président en exercice du G20.
Un seul regret : qu'il ait fallu que les producteurs agricoles, partout sur la planète, connaissent de graves difficultés avec des conséquences politiques lourdes, pour que leurs demandes exprimées tant et tant de fois soient enfin entendues et traduites en volonté politique.
La FNSEA espère que de leur côté, les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales des pays du G20 fassent preuve d'autant de détermination que celle affichée aujourd'hui pour arrêter des mesures efficaces et modernes aptes à apporter transparence et régulation sur les marchés financiers agricoles.
Il restera alors à souhaiter qu'au sommet de Cannes, en novembre prochain, les chefs d'Etat et de Gouvernement des pays du G20 confirment tous ces travaux.

Arnaud LEMOINE FNSEA