samedi 31 mars 2012

Le temps de l'impatience

L'impatience, c'est le printemps qui renaît.  C'est la quintessence du désir, la transcendance de la passion. C'est Cyrano déclarant sa flamme à Roxanne devant la terre entière. C'est rêver du grand soir, d'être acteur d'un résultat immédiat. L'impatience,  c'est le désir,  l'envi de renouveau. C'est se réveiller la nuit dans l'impatience du jour à venir, c'est s'émerveiller de ce que le miracle quotidien se reproduise pour nous une fois encore.

L'impatience du matin au printemps c'est la vie qui renait. L'impatience, c'est le désir du hérisson croisé ce matin par ma voiture, il était lâ sur la route dès l'aube pour rejoindre la haie d'en face. Qui a t'il dans la haie d'en face? Une belle qui l'appelle pour copuler, tiens, je n'ai jamais vu de hérissons faire l'amour, la chose doit être piquante.  Il doit falloir être patient. La patience, il aurait dû y penser avant, son impatience lui a coûté la vie. La patience c'est la chenille qui se confond dans l'herbe verte, discrète pour y cacher sa laideur, les premières chaleurs aidant à l'aurore du jour elle va se transformer, alors apparaît un papillon bleu, il vivra le temps d'une lune mais la patience aura sublimé la beauté.

La beauté de l'impatience,  c'est l'injustice que l'on veut dépasser, c'est prendre des risques inconsidérés pour y arriver, c'est  l'incompréhension que l'on veut justifier. La sagesse eu voulu que l'on laisse le temps faire sont œuvre. L'impatience est alors mauvaise conseillère, il faudra beaucoup de patience et de persévérance pour en corriger les excès. L'impatience c'est vouloir faire en une semaine ce qui doit mettre quelques mois pour s'initier et autant pour se réaliser. À ce jeu, on peut faire illusion quelques temps mais ça ne dure jamais  longtemps. Là, la patience prend toute sa dimension, elle est source d'authenticité. Le panache de l'impatience peut alors être dur à vivre.

Le panache de l'impatience, c'est Cyrano déclarant sa flamme à Roxane, cape au vent, sabre au clair, prêt à pourfendre les gredins qui s'approcheraient trop prêt. C'est l'impatience de l'adolescent pressé de découvrir l'amour, de satisfaire ses premiers émois, impatient de rentrer dans le monde des grands. Son impatience le rend malhabile mais tellement adorable.  La patience c'est celle du vieux couple, l'impatience parfois leur a causée des tracas mais à l'automne de leur vie la persévérance a toujours soigné les blessures, effacée les coups de canifs dans le contrat.  La patience, c'est s'écouter, s'entendre même dans le silence parce que l'on sait que malgré les tracas l'essentiel est préservé.

Il faut beaucoup de patience pour apprendre à être patient, je n'en ai pas encore trouvé les clefs. Mes passions m'ont plus souvent guidé  que la raison. L'envie de donner, la joie de recevoir mais aussi l'amertume de l'incompréhension resteront le lot de mes impatiences. Je pourrai faire mienne la citation de La Bruyère : "Celui qui désire une chose avec une grande impatience, y met trop du sien pour en être assez récompensé par le succès." Est ce le succès qui m'anime, je ne sais pas, assouvir mes passions c'est sur. Peut-on y arriver patiemment?

                                                                                                          Hervé Pillaud