dimanche 2 septembre 2012

J’ai rencontré Virgile


Virgile Joly dans ses vignes

J’ai découvert Virgile il y a quelques mois par les réseaux sociaux, par Twitter plus précisément. De bons mots en retweet nous avons virtuellement sympathisé au point de souhaiter nous rencontrer dans la vraie vie. Mon Virgile à moi, sans être le poète en a les atours et écrit aussi à sa manière. Sa plume est faite de bois de pampre et son parchemin est un chai. Je suis allé à sa rencontre au cœur de son village de Saint Saturnin sur les flancs sud du Larzac au cœur de l’Hérault, au milieu d’une mer de vignes digne de l’hymne à Bacchus dans les ‘Géorgiques”. Comme le poète il a ses bucoliques et son aventure  ressemble à l’Énéide.

Son périple n’est pas celui du rescapé de Troie. Son voyage ne traverse pas la méditerranée, il va l’amener au quatre coins de France puis ne reculant devant rien, sa soif d’apprendre le conduira dans le Colchaqua aux confins du Chili. Dans les plus grands vignobles du monde, il va écrire de belles pages, assemblant les cépages comme le poète marie les mots. De la Bourgogne aux bords de la Loire, du Bordelais aux rivages du Pacifique il fera naitre de merveilleux breuvages. Tel Enée retournant vers Troie, rien ne le séduira suffisamment pour le détourner de son Languedoc et c’est sur les coteaux inondés de soleils descendant du rocher des vierges qu’il a fini par se poser.
Depuis douze ans maintenant, il y écrit ses Géorgiques, plagiant le poète chaque jour il met en œuvre l’hymne au dieu des vignerons : “maintenant c'est toi, Bacchus, que je m'en vais chanter…viens ici, ô père Lénéen, et, détachant le cothurne de tes jambes nues, rougis-les avec moi dans le moût nouveau". Chaque jour, il regarde, observe, accompagne la terre et les vignes pour sortir le meilleur breuvage que la nature peut lui donner. Il a vu que les éléments sur son pays d’Oc permettaient le meilleur et que la nature y était généreuse. Il a choisi de cultiver ses vignes de façon biologique et bien lui en a pris, son élixir est du meilleur gout.
Le fruit de ses vignes va du plus pourpre aux couleurs les plus pales. Chaque bouteille ressemble à un poème des bucoliques. Celle-là, rouge sang, fruits des plus vieux cépages  assemblés avec dextérité sera signé Virgile. Une autre bouteille à la robe blanche est numéro un du label « bio-diversité Languedoc », elle mérite aussi la signature.  Ses églogues à lui se nomment : Saturne, Le Joly, Carthagène ou honneur suprême : "Virgine", celles-ci sont les plus prestigieuses des bouteilles, celles qui méritent la signature. Elles sont faites de Grenache, Carignan, Syrah et Cinsault. Certaines viennent de vignes datant du fond des âges, d’autres de plus jeunes, elles ne demandent qu’à murir et seront stars de demain.
Virgile Joly, tel est son nom, est un poète, un musicien de la terre. Il a fait de ses vignes un véritable orchestre:  cette vigne ne sera sublimée que si son fruit est mélangé avec celui de celle-la. Un peu d’ici, beaucoup de là, mais pas trop, juste ce qu’il faut. Seule la baguette du chef permet au bruit de devenir un chant. Virgile est aux manettes, sa baguette est son palais, son oreille à lui est un nez et son expérience fait de lui un virtuose. Si un jour vous sillonnez les routes étroites des plateaux de l’Hérault passez à Saint Saturnin gouter le fruit des vignes de Virgile, chaque bouteille est un poème. 
Hervé Pillaud

site internet du "Domaine Virgile Joly" http://www.domainevirgilejoly.com/
compte twitter : @Virgile_Joly
page facebook : Virgile Joly