samedi 3 août 2013

Lettre de Vitallia à Jean Michel


Jeudi matin, il faisait à peine clair, Hervé est venu auprès de moi, je me réveillais tout juste. Il ne m'a pas fait lever comme d'habitude, il s'est assis auprès de moi. Il m'a dit : "Tu te souvient Vitallia ce grand monsieur aux cheveux tout blancs et aux yeux pétillants de malice et de passion qui nous accueillait tous les ans au SPACE de Rennes, il est parti, il est décédé hier soir"
"Que c'est triste" ai je répondu et je lui ai demandé :
Au moins, un jour, l'a tu remercié pour tout ce qu'il a fait, pour tout ce qui m'a permis de vivre. Je me souviens de ces quelques moments de gloire à Rennes, chez lui.
Non tu ne l’as pas fait! Pourtant tu affiches crânement tous ces trophées sur ton bureau, je les ai vu par la fenêtre. 
Prend ta plume et écrit ce que j'ai à lui dire :



              Monsieur Jean Michel
Vous permettez que je vous appelle Jean Michel ! Vous nous avez quitté pour rejoindre le paradis des éleveurs et si un facteur monte jusque la haut je veux qu’il vous apporte ces quelques mots.
Vous m’avez permis de vivre les plus beaux moments de mon existence. Votre SPACE à Rennes vous en avez fait un des plus beau salon du monde. Pour nous les vaches, c'est un peu notre festival de Cannes. Grâce à vous, j'ai posé sur le tapis vert, grâce à vous j'ai gravi les marches du podium, à trois reprises j'ai même eu la palme d'or. Une année, vous êtes venu me la remettre personnellement, j'étais  honorée et Hervé était fier.
Tous les ans vous passiez me voir. Souvent c’était tard le soir, parfois même très tard. Toujours, vous vous préoccupiez de savoir si rien ne nous manquait, s’il y avait assez à manger, si la paille était renouvelée convenablement. Il ne fallait pas vous en compter, tout devait être parfais et gare à celui qui avait préféré "l’à peu prêt" à l’excellence. Dans un grand coup de gueule dont vous aviez le secret, il se faisait réprimander. Ça ne durait jamais très longtemps et finissait toujours par un grand éclat de rire.
Vous veniez même me voir à Paris dans l’autre grand salon ou Hervé m’a emmené plusieurs années. Je me souviens une année, c’était en 2010, vous étiez interviewé par des journalistes pour une télé, tôt, très tôt le matin. Vous aviez tenu à faire cette interview parmi nous les vaches, et c’est derrière moi que vous vous étiez posé. Je m’étais levée pour vous, je vous devais bien ça, et puis comme ça je passais moi aussi à la télé. Je le sais, c’est parmi nous, les animaux de la ferme que vous aimiez être, chez vous à Vignoc ou dans les salons.
Je n’irais plus au SPACE moi non plus, je suis une vielle dame à présent et je vis des jours paisibles à la Pitardière. Je n’irais plus à Rennes mais je dirais à mes filles si elles y vont un jour de se souvenir que si elles sont là, c’est grâce à vous. 
Merci Jean Michel et adieu
Vitallia

J’ai voulu Jean Michel te faire ce clin d’œil pour te dire merci pour tout. Du SPACE à la FNSEA, tu nous as donné le meilleur de toi même. Partout tu as voulu bâtir un monde meilleur. 
Tu seras toujours là : les bâtisseurs ne meurent jamais.
À Dieu Jean Michel

Hervé Pillaud