dimanche 29 mars 2015

De Bagdad à Cupertino

Bagdad au 9eme siècle est la silicon valley de l'époque, elle est le carrefour des civilisations, du commerce et le rendez-vous des érudits. C'est une ville ronde appelée cité de la paix. Steeve Jobs s'en est inspiré pour préparer les plans du futur camus d'Apple. 

Au début du troisième millénaire ou la ville lumière de la fin du huitième siecle est dans le chao, petit clin d'oeil pour se rappeler ce qu’elle fut et découvrir comment elle peut renaitre dans une autre ?

« La connaissance est le pétrole de toutes les renaissance » Idriss Aberkane



D’une ville ronde à une autre, héberger la sagesse.
D’Al-Mansûr à Steeve Job, vouloir créer du beau pour vaincre les peurs.
De la cité de la paix au campus d’Apple, l’atrium enfante le poème.
De Bagdad à Cupertino, l’art et le beau sont le sel de la vie.

Bagdad, carrefour des voyageurs et des connaissances.
Bagdad carrefour de la soie et des parfums.
Bagdad carrefour des religions et de la tolérance.
Bagdad carrefour des savants et des lettrés.

Cupertino, une maison, un garage, deux gamins.
Cupertino, bourgade infime au cœur de la Valley.
Cupertino, la croisée des chemins, entre science et nature.
Cupertino, un anneau qui attire le savoir pour le faire rayonner.

Cupertino renaissance de Bagdad, qui nous dit n’ai pas peur.
Le ridicule et la peur sont chassés par le beau, par l’amour.
Pouvoir innover et renaitre, se voir en sapiens mais aussi créatif.
Voir en la connaissance un pétrole pour demain

Occuper l’atrium, miroir de vérité, brisé de milles morceaux.
Chacun de nous en possède un morceau, il flatte notre égo.
Chacun d’entre nous veut le garder en soi, avarice et vanité.
Occuper l’Atrium, y construire le miroir, partager le savoir.

De Bagdad à Cupertino, 12 siècles nous séparent.
De Bagdad à Cupertino, des hommes croyant en l’avenir.
De Bagdad à Cupertino, l’avenir est connaissance, qui converge dans le cercle.

De Bagdad à Cupertino,  un cercle aussi rond qu’un soleil, pour la faire rayonner.

Hervé Pillaud

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire